Publicité en ligne : des éditeurs européens et anglais réclament 25 milliards d’euros à Google

Posted on

Deux plaintes s’apprêtent à être déposées devant des tribunaux du Pays-Bas et du Royaume-Uni, contre le géant américain pour «pratiques anticoncurrentielles». Elles s’appuient sur une décision de l’antitrust français.

Une offensive musclée se prépare contre Google. Deux plaintes vont être déposées dans les prochaines semaines par des éditeurs européens et anglais, auprès des tribunaux du Pays-Bas et du Royaume-Uni, contre le géant américain pour «pratiques anticoncurrentielles» dans le domaine de la publicité en ligne. Ils réclament jusqu’à 25 milliards d’euros de dommages et intérêts à Google.

« Ses plaintes s’articulent sur la base de la décision rendue contre Google l’an passé par l’Autorité de la Concurrence en France », explique au Figaro Me Damien Geradin, l’un des avocats spécialistes du droit de la concurrence en charge des dossiers.

En juin 2021, le gendarme tricolore avait condamné Google à une amende de 220 millions d’euros pour avoir favorisé depuis 2014 ses propres services de commercialisation des espaces publicitaires sur les sites et applications Internet. La décision de l’Autorité ouvrait ainsi la voie à des procédures judiciaires de la part des acteurs estimant avoir souffert des pratiques du géant américain, afin de demander des dommages. « Puisque Google n’avait pas contesté les faits reprochés, cela a créé une présomption d’infraction que l’on peut aujourd’hui porter devant les tribunaux», précise Me Damien Geradin.

Coalition d’éditeurs

Dans le détail, la plainte qui sera déposée aux Pays-Bas, à l’initiative du cabinet Geradin Partners et du cabinet d’avocats néerlandais Stek, regroupera plusieurs éditeurs européens. En effet, il est possible dans le pays de faire une demande de dommages qui couvrent à la fois des faits survenus sur le territoire national mais également dans d’autres États de l’Union européenne. « Nous sommes en phase de recrutement pour rassembler des plaignants à travers les Vingt-sept États membres. Il peut s’agit d’éditeurs de presse, mais aussi d’éditeurs de sites de jeux par exemple, qui fonctionnent avec de la publicité en ligne», précise Me Damien Geradin.

À lire aussiLa grande inquiétude des salariés de la tech face à la vague de licenciements

Une plainte séparée sera constituée, à l’initiative de Geradin Partners et du cabinet britannique Humphries Kerstetter, auprès d’un tribunal au Royaume-Uni pour les éditeurs anglais. La procédure outre-Manche s’appuiera sur le principe de l’«opt-out», ce qui signifie que tous les éditeurs britanniques seront automatiquement inclus dans l’action collective, à moins qu’ils demandent à en être exclus.

Pour arriver au montant de 25 milliards de dommages demandés, les avocats expliquent s’appuyer sur la méthode de calcul présentée dans la décision de l’Autorité de la concurrence française. Cette dernière mettait en évidence les importantes commissions encaissées par le système de plateformes d’échanges publicitaires de Google, ainsi que les pertes de revenus subies par ses concurrents.

« Cette action en justice est spéculative et opportuniste. Dès lors que nous recevrons la plainte, nous la combattrons vigoureusement », commente de son côté un porte-parole de Google. « Google travaille de façon constructive avec des éditeurs à travers l’Europe. Nos outils publicitaires, comme ceux de nos nombreux concurrents dans l’adtech, aident des millions de sites et d’applications à financer leur contenu, et aident les entreprises de toute taille à atteindre des nouveaux clients. Ces services s’adaptent et évoluent en partenariat avec ces mêmes éditeurs », tient à préciser la firme de Moutain View.

Ces derniers mois, la Commission européenne et l’Autorité de la concurrence britannique (CMA) ont toutes deux annoncé qu’elles enquêtaient sur les pratiques de Google dans le domaine des technologies publicitaires. Aux États-Unis par ailleurs, une dizaine d’États ont déposé des plaintes auprès de tribunaux fédéraux.

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services